Apprendre le métier de boucher prend du temps.

L’image du boucher à beaucoup souffert ces dernières décennies, notamment à cause des diverses crises et scandales alimentaires. Il y a encore 20 ans, personne ne voulait devenir boucher. Les jeunes qui choisissait cette voie le faisait par dépit. Depuis quelques toutes petites années, l’on retrouve un vrai intérêt pour le métier de boucher.

Aujourd’hui le boucher redore son blason. Il devient une des profession auquel les français font confiance. Les client sont aussi de plus en plus exigeants et de plus en plus connaisseurs. Ils veulent se retrouver en face d’un professionnel qui saura les rassurer et les conseiller. Le métier de boucher devient donc une profession très pointue. Les bouchers doivent travailler l’excellence. Le but étant d’offrir des produits de qualité et diversifiés.

Mais qu’est-ce qu’un bon boucher ?

Ce qui suit n’engage que moi. Un bon boucher est un « boucher abattant ». C’est à dire un boucher qui choisi et achète ses bêtes directement chez les éleveurs. Il connaitra ainsi le mode d’élevage des bêtes et pourra être sur de la qualité des ses produits finis. Un bon boucher c’est aussi un boucher qui saura exploiter de la manière la plus propice chaque muscle ou partie de l’animal. Qui saura quoi en faire, comment le faire cuire, le préparer, l’accompagner. C’est non seulement important pour lui, car il s’agit de sa rentabilité sur l’animal mais aussi pour son client qu’il pourra conseiller voire même orienter vers quelque chose de nouveau.

Comment devenir un bon boucher ?

La formation que reçoive les bouchers en France est unique au monde. Nous sommes le seul pays à couper et découper la viande comme nous le faisons. Cela s’explique par la gastronomie française qui elle aussi est unique. Dans la plupart des autres pays, les viandes (de bœuf notamment) se consomment bouillie ou braisée. Ils n’ont donc pas la même exigence quant à la découpe ou au désossage. Le savoir-faire français est donc bien unique et pour preuve il s’exporte très bien. De nombreux pays sont aujourd’hui à la recherche de boucher français. Cependant un bon boucher à aussi de l’expérience. On ne peut pas être un bon boucher sans avoir plusieurs années d’expérience. Il faut savoir travailler vite et bien et cela seul le temps et la pratique le permettent.